Argot Musical : Comprendre le langage de l’industrie de la musique.

Si toi aussi tu t’intéresses à la musique et que tu es parfois perdu avec ces nouveaux mots en anglais, voici un petit lexique concocté pour toi que tu pourras consulter à tout moment.
  • A&R : abréviation pour Artists and Repertoirs qui désigne la division d’un label responsable de la découverte de nouveaux artistes  à qui proposer un contrat. (directeur artistique)

Lorsqu’un A&R s’occupe d’un artiste en particulier, cela signifie qu’il représente le lien entre cet artiste et le label. Il le conseille, l’aide à trouver des compositeurs, des producteurs et planifie les sessions studio.

  • Banger : un son qui est lourd !
  • Barsles phrases que les rappeurs utilisent dans leurs son. Quand on dit qu’un rappeur « got bars », cela signifie qu’il sait rapper, qu’il utilise des phrases intéressantes.
  • Beat : l’instrumental du son, la pulsation sur laquelle est rythmée la chanson.
  • Code ISRC :  l’International Standard Recording Code, (« ISRC »), est un code unique d’identification établi par la Fédération internationale de l’industrie phonographique (IFPI).

Il permet d’identifier les enregistrements musicaux (sonores et audiovisuels) partout dans le monde.

  • Contrat d’artiste:contrat d’enregistrement exclusif qui lie un producteur, un label a un(e) artiste ou un groupe.
  • Diss track : lorsqu’un rappeur veut s’en prendre à un autre rappeur, il fait un diss track.

Diss est le diminutif de disrespect en anglais donc cela signifie que dans le son, il va manquer de respect à l’autre personne.

  • DSP (Digital Streaming Platforms) : abréviation utilisée dans l’industrie musicale pour parler des plateformes de streaming, c’est-à-dire Spotify, Apple Music, Deezer et Tidal principalement.
  • D2F (Direct to fans) : dans le monde de la musique, cela signifie que les artistes peuvent éviter de passer par leur label et interagir directement avec leurs fans.
  • EP : un « extended play » est un format musical plus long qu’un single mais plus court qu’un album. Il s’oppose au  LP ou « long playing», qui correspond au format d’un album complet.
  • Flow : la manière de rapper d’un rappeur, c’est ce qui caractérise principalement sa musique. Les artistes cherchent généralement à se créer leur propre flow pour se différencier des autres.
  • Freestyle lorsqu’un artiste rap sans avoir réfléchi aux paroles à l’avance, c’est-à-dire qu’il improvise.

Cependant, de nombreux « freestyles » publiés par les artistes de nos jours ne sont pas vraiment des freestyles puisque les artistes ont déjà préparé ce qu’ils allaient dire.

Ils donnent l’impression d’improviser mais ce n’est pas la réalité.

teaa

  • Hook (chorus) : refrain d’une chanson, c’est la partie dont tout le monde se souvient.

Hustletravailler dur pour obtenir ce que l’on veut, de manière légale ou illégale.

Dans l’industrie musicale, lorsqu’une personne est un hustler, cela signifie qu’elle est motivée et donne tout pour réussir, gagner de l’argent.

Une personne paresseuse n’est donc pas un hustler.

  • Mainstream : musique qui passe tout le temps à la radio et à la télé, c’est donc de la musique commerciale.

Si une chanson est mainstream, cela signifie que « tout le monde » la connait, qu’elle est très populaire, pareil pour les artistes.

  • Major record labels les majors record labels sont les trois plus grandes maisons de disques au monde : Universal Music Group, Sony Music Group et Warner Music Group.
  • Mashup : une chanson créée à partir d’une ou deux autres chansons pré-enregistrées, habituellement en superposant la partie vocale d’une chanson sur la partie instrumentale d’une autre.
  • Mixtape : une compilation de chansons qui ne nécessitent pas une cohérence d’ensemble. Souvent gratuite, les artistes la publie souvent entre deux albums pour faire patienter les fans ou en début de carrière pour se faire connaitre.

Une mixtape offre donc plus de liberté puisque l’artiste peut faire ce qu’il veut et il y a moins de pression que pour un album.

  • Name dropping : une pratique consistant à citer oralement durant un morceau des noms d’artistes, par référence ou hommage de manière générale.
  • Payola : ensemble de paiements faits par un label à des radios pour qu’elles diffusent en priorité les morceaux édités par ce label afin d’augmenter leur exposition et leur classement dans les charts.
  • Punchlinesouvent la dernière phrase de la rime, celle qui met le texte en évidence.

Une punchline dans un battle de rap désigne la phrase qui attaque personnellement l’adversaire et qui fait que toutes les personnes autour crient « Ooooouuuuu », en gros il a gagné le battle avec cette phrase.

  • Rap game : tout ce qui concerne l’industrie du rap
  • Royalties : dans un contrat d’artiste : les redevances c’est ce que touchent l’artiste et le producteur en % des ventes et des recettes d’exploitation de l’enregistrement (ventes de disques, les téléchargements, recettes du streaming, etc).
  • Sample : le sample, se définit par n’importe quel élément constitutif d’un morceau (un vocal, une mélodie ou même un simple kick) qui est extrait et réutilisé pour produire un nouveau titre.⠀

𝘼𝙩𝙩𝙚𝙣𝙩𝙞𝙤𝙣: utiliser des samples pour de la musique disponible dans le commerce implique une demande d’autorisation légale préalable auprès des propriétaires de la musique empruntée.

  • Streaming : le streaming permet d’écouter de la musique/visionner des clips sur son ordinateur, sa tablette ou son téléphone portable sans posséder le fichier physiquement ou numériquement (via téléchargement).

On stream tous tout les jours sur Youtube quand on regarde un clip ou quand on écoute une musique sur Youtube, Apple Music, Spotify, Deezer, Tidal.

On ne va pas se mentir, les gens n’achètent plus d’albums.

  • Toplining : une topline est essentiellement axée sur la création de la partie vocale d’un morceau.

Un topliner écrit la mélodie vocale et les paroles par-dessus un beat existant, un explication complète est disponible sur mon Instagram.

  • Underground :artistes qui ne sont pas mainstream, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas une exposition médiatique très importante.

Les artistes underground sont souvent indépendants, ils ne sont pas rattachés à un label, ni sponsorisés et ne veulent généralement pas l’être.

J’espère que cet article vous sera utile, d’autres articles seront publiées prochainement, restez connectés !

Sources: droit-de-la-musique.com, Yard & EDmpro

0 commentaire pour “Argot Musical : Comprendre le langage de l’industrie de la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut